Historique de la ville

Historique de la ville

À la fin du XIV ème siècle, un château remplace la forteresse, château qui a son tour sera détruit en 1949, à l’exception d’un corps de logis encore visible, pour faire face au bâtiment actuel.

A l’origine, Lamotte « sur » Beuvron, dépend de la Seigneurie de Vouzon, et il faudra attendre 1702 pour qu’elle devienne une paroisse indépendante.

En 1792, la Révolution en fait une commune. A peine la municipalité est-elle formée qu’elle demande avec instance, que notre village devienne chef-lieu de canton, alléguant que le canton de Chaumont-sur-Tharonne, d’où notre lieu dépendait, possède 17 communes et s’étend d’Est en Ouest sur plus de huit lieues.

En 1800, les vœux de Lamotte furent exaucés ; par le remaniement des cantons de Chaumont et de Salbris, on créa ceux de Lamotte-Beuvron et de Neung-sur-Beuvron, mais celui de Chaumont fut supprimé.

Le canton fut composé de 7 communes :
Lamotte / Yvoy / Vouzon / Souvigny / Chaon / Chaumont / Nouan.

Pauvre chef-lieu car sa population ne s’élevait qu’à 301 habitants et en l’an XI, les recettes de son budget s’arrêtent à 197,25 F.

Pauvre commune dont le territoire ne produit qu’un peu de seigle et de Sarrazin ne pouvant à peine suffire à nourrir ses habitants !

C’est le hasard, qui fait venir le futur empereur à Lamotte-Beuvron, car en fait il souhaitait acquérir le château de la Ferté-Beauharnais, et c’est faute de pouvoir acheter celui-ci qu’il acheta celui-là.

La Sologne à cette époque est restée inculte et insalubre. Ses habitants ont la « tremblotte »… En fait, le paludisme règne sur toute cette région parsemée d’étangs.

Des projets d’assainissement et d’amélioration des terres sont bien à l’étude, entre autres un projet de canal qui permettrait d’amener des marnes calcaires de la région de Blancafort…

Ce sera le mérite de Napoléon III, de faire aboutir ce projet de canal, et de créer un « Comité Central Agricole » pour coordonner les multiples travaux d’assainissement.

Le temps a passé. La Sologne est devenue une région magnifique et saine.

  • De Napoléon III, il reste une mairie et ses armes, l’église.
  • Le canal a perdu depuis longtemps ses chalands mais est devenu un lieu de promenade exceptionnel.
  • Le Comité Central de Sologne, sous un autre nom, continue de contribuer à l’aménagement de la région.

 

Aller au contenu principal